Mariage

Nos jolis jours #5 – Nos préparatifs entre deux continents

Cette semaine je continue de te raconter notre mariage (tu pourras retrouver les premiers épisodes ici, ici, et encore  !) avec le récit de nos préparatifs de mariage à distance. En effet, notre mariage religieux se déroulant à 8000km de chez nous, il a fallu s’organiser bien en amont. Et comme il s’agissait d’un double mariage (pour rappel, nous sommes mariés religieusement en même temps que la sœur de Mister M et son fiancé, un double mariage donc), ce ne sont pas simplement notre planning et celui de nos parents dont il a fallu tenir compte, mais aussi de celui de ma belle-sœur et mon beau-frère et des parents de ce dernier.

 

Le choix de la date

Je commence donc par le sujet qui nous a pris le moins de temps : pour fixer la date du mariage les choses ont été très rapides. J’ai pour ma part des congés imposés par mon entreprise en aout. C’était donc, pour Mister M. et pour moi, quasiment la seulement possibilité. Bien heureusement tout le monde était disponible à cette période et après une rapide vérification des disponibilités auprès de la paroisse où nous souhaitions nous marier, la date a été fixée au second samedi du mois d’aout 2014, soit au milieu de mes 2 semaines de congés.

Cela nous laissait plusieurs jours sur place avant le grand jour pour régler les derniers détails et récupérer du décalage horaire (et parfaire mon bronzage bien entendu !) et quelques jours après pour nous remettre de nos émotions et profiter encore un peu de nos familles et amis qui faisait le voyage avec nous.

Une semaine pour faire nos choix

La date étant fixée, nous avons décidé, avec ma belle-sœur et son fiancé, de partir une semaine aux Antilles ensemble, en février 2014, soit 6 mois avant le grand jour. L’objectif étant alors de fixer les grandes lignes de ce que nous souhaitions ou pas pour ce mariage. En effet, c’est essentiellement ma belle-mère qui s’est chargée de l’organisation sur place, mais cette semaine tous ensemble nous a permis d’y voir plus clair et de nous impliquer concrètement dans les différents choix à faire.

Le lieu

La liste des invités étant conséquente -un peu plus de 200 personnes au total- il nous fallait de la place, beauuuuucoup de place. Dans un premier temps nous avions envisagé d’organiser la soirée chez mes beaux-parents mais comme pendant les deux semaines prévues pour notre voyage du mois d’aout nous allions être pas moins de 14 à loger chez eux, cela aurait été un stress énorme, pour ma belle-mère notamment, de tout gérer sur place.

Des amis de mes beaux-parents ont donc proposé de nous prêter leur maison. Personnellement, j’ai été très touchée de cette proposition parce que franchement, ils ont quand même dû se sentir un peu envahis ! En février nous sommes donc allés visiter leur maison et la propriété autour pour nous faire une idée des lieux et de la décoration possible.

Les amis de mes beaux-parents ayant déjà organisé le mariage de deux de leurs filles dans cette maison, nous avons également pu choisir la décoration florale en nous inspirant de leurs photos.

Diapositive2
Le lieu de réception
Le traiteur

Le second objectif de cette semaine de préparatifs a été de choisir le menu. Ma belle-mère avait déjà présélectionné un excellent traiteur et prévu un repas de dégustation pour nous tous.

Nous avons choisi de mettre nos régions d’origines respectives à l’honneur, en proposant des amuses bouches, des plats, des fromages et des desserts typiques des Antilles, du Sud de la France ainsi que du Nord. Le pâtissier du traiteur s’est énormément impliqué, en reproduisant des recettes qu’il n’avait jamais réalisées auparavant (il faut dire que la tarte au sucre, les calissons ou la tropézienne ce n’est pas vraiment monnaie courante aux Antilles !). Il a pris tout un tas de notes lors de notre dégustation pour pouvoir s’améliorer, ce que je trouve vraiment plus que professionnel, et surtout le résultat était juste divin !

Pour identifier chaque plat, ma belle a confectionné des petits drapeaux, avec les couleurs de nos trois régions, qui ont ensuite été piqué sur les différents mets. Nous avons également choisi trois vins du sud et un délicieux champagne rosé pour accompagner le tout.

Côté organisation du menu, nous avons choisi un apéritif-cocktail conséquent, pour pouvoir nous passer des entrées. Puis nous avons choisis des plats chauds servis en buffet et ateliers, des plateaux de fromage (exigence de Mister M.) et enfin un buffet des desserts.

Pour le fromage, aux Antilles c’est un peu difficile d’en trouver des très bons. Imagine donc que nous sommes partis en Aout avec pas moins de 10 kg de beaufort, pélardons et autres maroilles, emballés sous vide par le meilleur fromager de Grenoble, dans nos bagages ! Les douaniers ont dû trouver qu’il y avait une drôle d’odeur près de nos bagages…

Pour les petites ou grosses faims de la soirée, nous avons choisi de mettre à disposition un stand de gaufres tenu par le fameux pâtissier, des sandwichs salés avec des garnitures antillaises (poulet boucané, jambon de Noël, chiquetaille de morue…), des brochettes de fruits, un bar à alcools, champagnes et soft ainsi que le péché mignon de mon mari : un bar à rhum !

Diapositive3
Notre buffet des plats chauds
La décoration

Là encore, le compromis a vite été trouvé : ma belle-sœur aime beaucoup le bleu, Mister M. et moi adorons le violet et mon beau-frère n’avait pas vraiment d’avis sur la question.

Adjugé pour une déco bleu/violet, associée à de grandes compositions de fleurs de Antilles mais aussi – là il s’agit de mon petit caprice de Bridezilla (tu sais, ce monstre qui sommeille en toute future mariée) – de magnifiques roses blanches, rouges et roses ainsi qu’une touche de lavande. Le plus drôle c’est qu’au final les roses ont été bien moins chères que les fleurs des Antilles !

Comme cadeaux pour les invités, nous avons à nouveau réunies nos trois régions : dans des petits vases en bambou antillais, nous avons glissé un assortiment de mini calissons et de chuques.

Mais je réserve la surprise des détails de la décoration pour mon prochain billet, qui sera aussi le dernier de la série et qui contiendra surtout des photos !

Diapositive6
Oui, tu as bien vu, nous avons entreposé les roses dans des seaux à champagne en attendant de réaliser les compositions florales !

 

La préparation de la cérémonie

Le dernier objectif de cette cérémonie a donc été de préparer la cérémonie religieuse. Nous avions organisé une rencontre avec le prêtre de la paroisse où nous allions nous unir et cela nous a permis de faire connaissance et de discuter des différentes lectures et du déroulé de la cérémonie.

La préparation au mariage à proprement parler s’est quant à elle déroulé dans nos paroisses respectives en métropole. Nous avons eu un petit coup de stress concernant la transmission des dossiers jusqu’à la Martinique mais finalement tout est bien arrivé en temps et en heures.

Ainsi notre semaine sur place début 2014 a été bien remplie et nous sommes repartis avec le sentiment d’avoir bien avancé. Bien sûr ma belle-mère a géré l’essentiel de la logistique par la suite, mais toujours en respectant nos choix et en nous consultant avant toute prise de décision.

Diapositive1
La décoration de l’Église

Nos tenues

Comme je te l’ai déjà raconté, j’avais opté pour une robe courte et blanche à la mairie. J’ai par contre choisi de m’offrir une vraie robe de princesse pour la cérémonie religieuse. Pour être tout à fait honnête d’ailleurs, ce sont mes parents qui ont tenu à m’offrir mes robes et c’est avec ma maman que je les ai choisies. Pour autant, je ne souhaitais pas y consacrer un budget trop conséquent non plus. Pour cette seconde robe, nous avons donc d’abord misé sur une grande enseigne assez bon marché, juste « pour voir ». En vrai, j’avais quand même un peu peur que les robes fassent un peu trop bas de gamme.

Nous avons été très bien accueillies par une vendeuse et j’ai sélectionné 4 ou 5 robes de styles assez différents pour me faire une idée de ce qui m’allait ou pas.  Je dois bien avouer que je n’étais pas super emballée du résultat, la plupart des robes me paraissaient lourdes. Finalement, la vendeuse m’a apporté une robe qu’elle pensait pouvoir me correspondre. Et effectivement elle avait raison : ma maman et moi avons eu un joli coup de cœur ! Si tu me suis sur Instagram tu as du déjà voir une photo de cette fameuse robe, il y a quelques temps. Sinon… il va falloir patienter jusqu’à mon prochain et dernier article sur le sujet.

Coté accessoires, j’ai choisi de rester assez simple avec surtout des choses symboliques pour moi : une étole, un bijoux de cheveux et un collier réalisés par une cousine de ma maman dont je suis très proche et qui été aussi un de mes témoins, la voilette retravaillée que ma maman a porté à son propre mariage et un magnifique saphir pour avoir la fameuse touche de bleu de la tradition qui veut que la mariée porte quelque chose de bleu, quelque chose de neuf, quelque chose d’ancien, quelque chose de prêté.

Et bien évidement une paire de jolis escarpins et une paire de ballerines danser jusqu’au petit matin (finalement j’ai rapidement fini pieds nus 😉).

Ma belle-mère m’a également fait confectionner un magnifique bouquet de roses blanches et de freesias roses, avec, devine quoi … de la lavande !

Mister M. quant à lui a choisi de réutiliser le costume de notre mariage civil mais avec des accessoires violets : cravate, pochette, chaussettes et une boutonnière rappelant mon bouquet.

Nos parents et témoins avaient également chacun une jolie boutonnière. Ma belle-sœur et mon beau-frère ont, de leur côté, choisi des accessoires bleus, pour rester dans notre choix de couleur.

Diapositive4
Nos petits centres de table aux couleurs du mariage (avec une touche de lavande 😉 )

La préparation du voyage

Une bonne vingtaine de nos amis ainsi qu’une partie de ma famille ont répondues présentes pour nous accompagner dans cette folle aventure. Certains se sont organisés de leur côté car leurs dates de congés n’étaient pas tout à fait les mêmes que les nôtres, mais pour ceux qui partaient en même temps que nous, j’ai organisé un voyage de groupe.

J’ai ainsi contacté les compagnies aériennes pour obtenir des tarifs avantageux et finalement nous avons obtenus nos billets environs 20% moins chers que la normale. Par contre, comme il s’agissait d’un tarif de groupe, c’est moi qui était le seul interlocuteur de la compagnie et j’ai donc dû transmettre les papiers de tout le monde ainsi que réaliser l’avance des frais.

Pour nos amis, j’avais réalisé un petit guide sur l’île, les endroits sympas pour se loger ainsi que des infos pratiques comme les listes des compagnies desservant les Antilles, les coordonnées de quelques loueurs de voitures etc..

Nous avons d’ailleurs également négocié un tarif de groupe très avantageux pour la location d’une dizaine de voiture ! Si tu as un jour à organiser un voyage de ce genre, je te conseille vraiment d’essayer de négocier, nous avons été entendus à chaque fois !

Certains de nos amis ont logés dans la maison de vacances de mes beaux-parents sur un ilet. Un des témoins de Mister M. a donc passé son permis bateaux pour l’occasion et joué le chauffeur en alternance avec Mister M. pendant notre séjour.

Nos familles étaient, quant à elles, logées chez mes beaux-parents ou dans des logements proches. Mes parents ont par exemple passé la première semaine avec nous, chez mes beaux-parents, puis ont rejoint le reste de ma famille qui avait loué une maison pour la seconde semaine, pendant que Mister M et moi-même rejoignions nos amis sur l’ilet.

J’avais également réalisé en amont un planning collectif pour organiser au mieux les préparatifs et la participation de chacun, mais également pour pouvoir organiser des visites et ballades en groupe, soit avec la famille soit avec les amis.

Bref, finalement cette partie-là m’a demandé tout de même pas mal d’énergie, mais je ne regrette pas un seul instant d’y avoir consacré autant de temps : nous avons désormais des souvenirs inoubliables avec nos proches, et nous reparlons encore régulièrement de ces deux semaines hors du temps avec eux.

Les derniers préparatifs

 Encore une fois j’ai été bien bavarde, mais je ne peux pas conclure sur ces préparatifs sans te raconter le début de notre séjour sur place, juste avant le jour J.

Nous avons d’abord commencé en beauté : après un trajet Grenoble-Paris à 8 avec 2 voitures nous avons tous mangés la veille au soir du départ dans un restaurant chinois de la capitale. Jusque-là rien à signaler, tout le monde a ensuite rejoins sa chambre pour la nuit.

Mes parents, Mister M. et moi, étions logés chez un oncle de mon mari, qui nous avait laissé son appartement pour l’occasion. Et vers minuit, je suis réveillée par mon papa un peu paniqué car ma maman, qui venait de se lever pour aller aux toilettes, venait de faire un malaise dans le couloir.

Je te passe les détails, mais finalement après discussion, nous avons appelé SOS médecin, persuadés que si nous appelions les pompiers, c’était dans tous les cas fichus pour prendre l’avion le lendemain. Et ça, même si elle était vraiment mal, ma maman ne voulait pas ! Nous avons tout de même dû rappeler plusieurs fois SOS médecin avant qu’ils ne se rendent compte qu’ils nous avaient oublié (!!!!) et nous envoient le médecin en urgence à 4h du matin !

Finalement, le médecin diagnostique une intoxication alimentaire, fait une piqure à ma maman et nous laisse une ordonnance. Il nous donne le feu vert pour le voyage, à conditions que les symptômes disparaissent. Heureusement la piqure fait rapidement effet et le lendemain matin ma maman, bien qu’un peu épuisée, se sent en forme. Elle plaisante même en nous disant que nous, nous avons vraiment une sale tête !

Le reste du voyage se déroule sans accros, à 3h de retard près. D’ailleurs au final ce retard de notre avion est plutôt une chance : au retour nous avons également eu plus de 6h de retard et cela nous a permis d’obtenir une indemnisation de la moitié du prix du billet auprès de la compagnie ! A ce tarif, quelques heures à papoter à l’aéroport, ce n’est finalement pas si terrible.

Sur place, nous organisons les derniers préparatifs, et notamment la mise en place de la décoration. Nous avons la chance d’avoir eu avec nous quelques personnes avec un talent fou pour les compositions florales, ce qui nous a permis de commander les fleurs en vrac et de réaliser nous-même la décoration. La veille du jour J, je suis émerveillée de voir le travail accompli !

Diapositive5
Explosion de couleurs !

 

La prochaine fois, je te retrouve donc avec un dernier billet pour te raconter le jour J, avec beaucoup de photos et un peu moins de blabla !

Et puis si jamais de futures mariées (ou pas d’ailleurs) qui se marient à distance, à deux couples en même temps ou qui tout simplement sont curieuses, passent par-là, je serais ravie de répondre à d’autres questions sur nos préparatifs en commentaires.

Publicités

10 commentaires sur “Nos jolis jours #5 – Nos préparatifs entre deux continents

  1. C’est une super organisation tout ça qui me replonge un peu dans mes préparatifs il y a maintenant plus de 4 ans (bon en plus facile car seulement 70km nous séparaient du lieu 😉
    J’ai hâte de voir les photos car celles là m’ont mis l’eau à la bouche ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s