Vie de Biscotte

La Biscotte voyage #2 : Tout le monde décolle !

Après un premier article où je vous avais laissé avec nos valises tout juste bouclées, me revoilà pour la partie la plus stressante pour Mister M. et moi : le voyage entre notre chez nous en province et une petite île de l’autre côté de l’Atlantique, avec une Biscotte de 7 semaines.

Parés au décollage ? je vous emmène avec moi !

Le matin du départ, notre avion pour rejoindre Paris décollait à 11h.  Nous avons donc pu faire la grasse matinée nous lever tranquillement. Après une belle partie de Tetris pour caser tous nos bagages dans la voiture, nous sommes donc partis pour l’aéroport, à 45min de la maison.

Pour le côté pratique, nous avions réservé à l’avance sur internet notre place de parking longue durée, avec navettes régulières pour rejoindre notre terminal. A priori la plupart des aéroports on ce genre de service.

Mister M. nous a donc déposés, la Biscotte en porte bébé, nos bagages et moi dans le hall de notre terminal. Moins d’un quart d’heure plus tard, il nous a rejoint en bus-navette.

Après avoir déposé nos trois bagages en soute et procédé à l’enregistrement, nous avons passé la douane.

Le passage de la douane

Les contrôles (nous en avons eu 4 au total sur l’aller-retour) se passent toujours de la même façon :

  • Au guichet, tu présentes ta pièce d’identité et celle du bébé au douanier qui vérifie le tout et te laisse ensuite passer (sinon en général c’est mauvais signe 😉 ),
  • Tu déposes tes bagages cabine sur le tapis roulant Les liquides pour bébé doivent être présentés à part dans un unique sachet plastique transparent.

Pour les liquides (liniment, gel hydro-alcoolique…), les contenants ne doivent pas dépasser 100ml chacun et au total maximum 1l. Pour les aliments de bébé (et donc pour l’eau), il n’y a à priori pas de limite, mais il vaut mieux bien vérifier les conditions avant le départ sur le site de la compagnie aérienne. Si tu as une bouteille d’eau, en général on te la prend pour aller la tester avant de te la rendre.

  • Ensuite tu dois enlever le porte bébé et soit donner le bébé à la personne qui t’accompagne soit à un douanier. Tu passes alors seul(e) sous le portique et éventuellement à la fouille si le portique sonne. Une fois que c’est fait tu repasse dans l’autre sens, tu reprends bébé dans tes bras et tu passes avec lui sous le portique.
  • Enfin, tu récupères toutes tes affaires, tu te rhabilles parce que, mine de rien, tu as quitté ta veste, ton écharpe, ta ceinture, tes chaussures… et il faut du temps pour remettre tout ça en plus du porte bébé !

Embarquement et escale à Paris

Bref après ce marathon, nous avons pris une petite demie heure de repos bien mérité en salle d’embarquement. Heureusement pour nous la Biscotte a été adorable pendant tout ce temps !

Lors de l’embarquement, en général les familles avec enfant sont prioritaires. Nous avons donc évité une longue attente débout ! L’avion qui nous amenait vers Paris n’était pas très grand et le vol durait seulement 1h. Dans ce cas, on te fournit une petite ceinture pour bébé qui se fixe sur ta propre ceinture.

Pour éviter les problèmes d’oreilles liés à l’altitude, il est conseillé de faire téter bébé pendant la montée et pendant la descente de l’avion. A défaut, une susu peut faire l’affaire, mais encore faut-il que ton bébé l’accepte : la Biscotte n’en a jamais voulu et l’a toujours recrachée immédiatement ! Je l’ai donc mise au sein à chaque décollage/atterrissage. Pour éviter les éventuels regards indiscrets, j’avais prévu une étole qui nous cachait à ce moment-là et je m’étais installée coté hublot.

Ce vol-là a été une formalité : la Biscotte s’est endormie au sein au décollage et ne s’est pas réveillée avant la descente !

A Paris, nous n’avions qu’une heure de correspondance, avec nos bagages qui nous suivaient automatiquement. Nous étions attendu au pied de l’avion par une personne de la compagnie qui nous a conduit (nous et les quelques autres passagers avec la même correspondance) directement à l’embarquement du vol pour les Antilles. Nous avons repassé la douane et je crois que nous étions les derniers à embarquer à bord de l’avion.

Le vol long courrier

Il faut savoir que quand tu voyages avec un tout petit bébé, les compagnies aériennes te proposent un berceau qui s’accroche à la paroi à l’avant de la cabine (pour les bébés de moins de 10kg et 70cm). Tu n’as donc pas trop le choix de la place mais l’avantage c’est que celles qui te sont proposées disposent de plus de place pour les jambes. Et ça, pendant 8h30 de vol, ce n’est pas négligeable !

Dès que l’avion a eu atteint son altitude de croisière, les hôtesses sont venues installer le berceau pour la Biscotte. Nous avions prévu son nid d’ange pour qu’elle soit bien au chaud, et on nous a fourni une couverture supplémentaire pour elle. Visiblement ça devait être confortable car, sur la durée du vol, elle a pas mal dormi.

Berceau avion_Filigrane
La Biscotte, bien à l’aise dans son berceau

J’ai trouvé que le personnel de bord était vraiment aux petits soins pour nous. Ils sont venus régulièrement s’assurer que tout allait bien, ils ont vérifié que la Biscotte était bien attachée sur moi avec sa ceinture pour les phases de décollage et d’atterrissage et j’ai même eu droit à un nettoyage des toilettes et de la table à langer avant le premier changement de couche !

Pour ces fameux changements de couche, il faut un peu d’organisation, car honnêtement la table à langer des toilettes n’est vraiment pas ergonomique et il n’y a pas beaucoup de place pour poser ses affaires !! Je prenais donc avec moi le strict minimum : la Biscotte (of course), une couche de rechange, le paquet de lingettes et un lange pour ne pas la poser directement sur la table à langer. Et de retour à ma place, un petit lavage de main au gel hydro-alcoolique. Je crois qu’au total il y a eu 4 changes pendant le vol et heureusement aucun accident à déplorer.

Pour les tétées, j’avais mis mon haut d’allaitement le plus pratique, et avec l’étole pour nous cacher un peu tout s’est bien passé. Et si tu donnes des biberons, l’équipage te les fera réchauffer sans problème et tu auras de l’eau en bouteille à disposition.

A un moment la Biscotte a commencé à pleurer un peu. Je pense qu’elle devait trouver qu’il ne se passait pas grand-chose. Nous l’avons un peu occupée avec un de ses jouets d’éveil préféré et Mister M. s’est dévoué pour faire plusieurs fois le tour de la cabine. Il a eu un succès fou auprès des hôtesses avec son petit bébé dans les bras 😉.

Balade avec papa avion_Filigrane
Petite balade avec Papa dans les allées de l’avion

Finalement le voyage s’est plutôt bien passé et nos voisins de siège ne nous ont pas lancé de regards meurtriers ! Il faut dire qu’à cet âge-là, l’activité principale de la Biscotte c’était encore de dormir.

Sur le vol retour ça a été encore plus facile car nous voyagions de nuit. Donc après une dernière tétée au décollage, la Biscotte s’est endormie et nous ne l’avons pas entendue jusqu’à l’atterrissage ou j’ai dû la réveiller pour la mettre au sein.

A l’arrivée, nous avons préféré attendre que la plupart des passagers aient quittés l’avion avant de descendre. Ainsi nous avons évité les bousculades et j’ai pu vérifier tranquillement que nous n’avions rien oublié.

Pour finir, je vais récapituler ces petites choses qui nous ont facilité le voyage :

  • Tout d’abord, une fois nos bagages soutes enregistrés, nous n’avons plus eu à nous en préoccuper jusqu’à l’arrivée aux Antilles. Alors si tu peux, je te conseille vraiment de choisir ce type de correspondance : tu gagnes du temps et de l’énergie et surtout tu évites le stress lors des correspondances.
  • Ensuite, faire des escales très courtes. Clairement s’il avait fallu attendre des heures en salle d’embarquement à Paris, je pense que la Biscotte aurait râlé. Alors que là on est descendu d’un côté et remonté de l’autre, pas de temps mort.
  • Prévoir un sac à langer (ou autre) avec le minimum vital dedans : de quoi assurer les changes, les repas et un ou deux petits jouets pour occuper les temps morts (et encore, la balade avec Papa dans un environnement tout nouveau a été encore plus efficace !) sans avoir à ouvrir les coffres à bagages ou fouiller dans toutes les valises.
  • Prévoir un porte bébé facile et rapide à mettre et à enlever, nous avons tout de même fait la manipulation 7 fois, juste pour le voyage aller.
  • Éviter la foule à l’embarquement (ça en général c’est la compagnie qui le gère en faisant passer les familles avec enfant à part) et à la descente (attendre que tout le monde soit descendu nous a évité les bousculades dans les allées de l’avion).
  • Ne pas hésiter à solliciter le personnel de bord si tu as un problème / une question / envie de boire un coup. En général, ils sont ravis de te rendre service et la petite bouille trop mignonne de ton bébé les rend encore plus gentils 😉

J’espère t’avoir donné une idée de ce qui t’attend si tu envisages un voyage avec un tout petit bébé ! Après je vais être honnête, je pense que c’est aussi beaucoup plus facile avec un bébé de quelques semaines qu’avec un bébé de 6 mois qui gigote, dors moins et a besoin de s’occuper autrement qu’en tétant.

D’ailleurs si ça vous intéresse, je pourrais vous faire un petit retour sur les différences lorsqu’on voyage avec un bébé de 13 mois ! Le prochain voyage est prévu dans quelques semaines et ce sera une autre paire de manches d’occuper la Biscotte qui mange comme 4 et trotte partout 😊

Et toi quels sont tes petits trucs pour voyager avec un tout petit bébé ?

Publicités

11 réflexions au sujet de « La Biscotte voyage #2 : Tout le monde décolle ! »

  1. Pour l’instant nous n’avons fait que des petits courriers avec FeuFolet, de 6 à 18 mois, sans problème particulier. Depuis la naissance de LutinCoquin, la voiture est clairement plus économique 😮. J’appréhende septembre, nous voudrions aller un week-end chez mes parents, avion obligé puisque FeuFolet sera en maternelle… mais je ne trouve que des billets non directe (trop tôt pour les directes?) et ceux avec escale son stratosphérique : sérieux, 700€ pour deux adultes avec enfants, trois sièges le Bretagne – le Sud 😥

    J'aime

  2. Ah c’est chouette pour le petit berceau, je me demandais si tu étais obligé de porter ton bébé tout du long sur les longs courriers.
    C’est vrai que petit, ça a l’avantage de dormir. Quand ça commence à marcher….Après le personnel est souvent bienveillant et t’as toujours deux trois passagers gagas qui t’aide aussi. enfin tu nous diras 😉

    Aimé par 1 personne

    1. A priori nous devrions peut être encore avoir le berceau cette année car la Biscotte fait toujours moins de 10 kg (et en étant flous sur sa taille ça devrait passer 😉 )
      Mais je pense que l’occuper pendant le vol ne va pas être une mince affaire !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s